Le lâcher prise : La principale difficulté? (3/3)

Classé dans : Textes | 0

Quelques pistes pour le contacter


Les principaux attachements qui nous empêchent de lâcher prise :

  • L’attachement à des biens matériels
  • L’attachement à des idées (croyances)
  • L’attachement à une image de nous même (orgueil)
  • L’attachement à des situations passées (nostalgie)
  • L’attachement aux résultats de nos actions
  • L’attachement à des personnes

Quelques pistes/propositions pour lâcher prise

  • Envisager tout ce qui traverse notre vie comme un apprentissage et non comme une série de succès et d’échecs.
  • Utiliser l’humour pour dédramatiser une situation.
  • Chercher à se transformer soi même plutôt que de transformer notre vie extérieure par l’auto-surveillance.
  • Re programmer sa façon de penser.
  • Intégrer que nous ne trouverons jamais le confort et un sens à sa vie dans nos désirs et plaisirs sans fin
  • Tenter de rester serein, détendu et d’humeur égale, quelles que soient les circonstances.
  • Remplacer une attente par une préférence.

« La pratique du lâcher prise amène un abandon de notre vouloir personnel et cet abandon produit une détente » A. Desjardins

  • Reconnaître que le changement est inévitable. Utiliser la pratique du « petites et nombreuses d’étapes ». Petit à petit, la conscience commence à remplacer les réactions. Surmonter n’importe quelle réaction exige un acte de conscience.
  • S’ouvrir à l’amour et à la confiance en la vie car lâcher prise c’est craindre moins et aimer davantage
  • Tester d’abord un relâchement physique.
  • Le seul vrai apprentissage au lâcher prise relève de l’éducation sensorielle :

« Il s’agit de d’apprendre à percevoir le réel sur un mode qui ne doit rien à la connaissance intellectuelle, en nous branchant sur la multitude de perceptions auxquelles, en temps ordinaire, nous sommes fermés : la voix de nos interlocuteurs, leur respiration, leur odeur, leurs gestes. ». François Roustang


  • La plupart des sages consultés se rejoignent sur deux termes : la libération s’obtient par une attention sensorielle accrue et par une action altruiste sans arrière-pensée.
  • En libérant l’individu de la pression extérieure (le niveau de stress d’un individu est proportionnel à son obstination à modeler la vie selon ses désirs), le lâcher prise rend plus attentif à l’autre et plus généreux.

Le paradoxe :

Lâcher prise exige d’abord beaucoup d’efforts car il faudra un vrai travail sur nos peurs et nos croyances avant de pouvoir s’en libérer (discipline, maîtrise, observation bienveillante, re programmation mentale…).

Le problème, c’est que ce travail demande un effort… Alors même que le but est de laisser tomber trop de vains efforts !

La formule qui résume peut-être le mieux ce paradoxe est la prière des Alcooliques Anonymes « Donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer celles que je peux, et la sagesse de reconnaître la différence ».