Je vous propose ici quelques réflexions issues de divers ouvrages et très accessibles pour les Occidentaux que nous sommes et que je trouve intéressantes dans la pratique de la méditation.

*

Pema Chödrön

« Quand les gens commencent à méditer ou à pratiquer une discipline spirituelle, ils pensent souvent qu’ils vont s’améliorer d’une façon ou d’une autre. Cette attitude représente une sorte d’agression subtile contre ce qu’ils sont réellement.

C’est un peu comme de dire : « Si je fais du jogging, je serai quelqu’un de bien mieux »,

« Si seulement je pouvais avoir une belle maison, je serais quelqu’un de bien mieux »,

« Si je pouvais méditer, m’apaiser, je serais une bien meilleure personne ». […]

Or, il ne s’agit pas d’essayer de nous changer. La pratique de la méditation n’a pas pour but de nous rejeter de nous-même et de devenir meilleur. Son objet est de nous lier d’amitié avec la personne que nous sommes déjà. La pratique se fonde sur vous, moi, qui que nous soyons, maintenant, exactement, tels que nous sommes ».

Extrait de « Dire OUI à la Vie ! » de Pema Chödrön.

« Nous pratiquons pour être dans la joie ». Une des phrases clés de mon enseignant spirituel à Bali…

Patrice Van Eersel

Pour finir, une vision plus occidentale de l’apport de la méditation (comme quoi, la méditation est une pratique universelle) : D’abord, ci-dessous un extrait des carnets de Patrice Van Eersel qui nous confie un « truc » de la part de l’ingénieur qui a introduit la méditation chez Google :

« Quand vous méditez, le fait de vous mettre à rêvasser ne devrait pas vous fâcher, au contraire, c’est le fait de revenir à soi qui muscle l’esprit. Plus vous revenez, plus votre vigilance s’affirme. Rêvassez sans crainte. Mais revenez ».

Bill, cofondateur des AA

« L’une des plus précieuses récompenses que peuvent nous apporter la prière et la méditation, c’est sans doute le sentiment d’appartenance que nous en tirons. Désormais, nous ne vivons plus dans un monde totalement hostile. Nous ne sommes plus perdus ou affolés, nous ne sommes plus sans but ».

Andrew Cohen

« La méditation est la position d’abandon ». Andrew Cohen décrit cette position d’abandon comme ne rien avoir, ne rien savoir et n’être personne. Nous devons faire face à l’insécurité de cette position, car à moins de lâcher prise, nous ne pouvons évoluer. Et il rajoute sur la liberté intérieure que procure progressivement la méditation : « Une des choses les plus challenging à réaliser sur le chemin spirituel est que la liberté n’est pas une expérience. Se sentir libre et avoir des expériences de paix et de joie ne sont pas équivalents à la liberté. La liberté est une position fondamentale que nous prenons en relation à toute expérience. Une personne qui n’est pas libre peut faire l’expérience de la béatitude et se sentir libre, mais cela ne veut pas dire qu’en tant qu’être humain elle est libre. Alors qu’un être humain qui est libre peut faire l’expérience de la douleur, du désespoir, et ne pas perdre sa liberté. La liberté est une position, non pas une expérience. »

Arnaud Desjardins

De la part d’Arnaud Desjardins, un de mes enseignants spirituels :

« Vous n’arrivez pas à méditer 1/2 heure par jour ? Méditez 5 000 fois par jour 1 seconde ! »