Le lâcher prise : La principale difficulté (2/3)

Classé dans : Textes | 0

Quelques Pistes pour le connecter





Ce qui est du lâcher prise :





  • C’est accepter la réalité de l’instant présent en état intérieur de non résistance : C’est vivre dans le présent.

  • C’est le contraire du contrôle : Faire de son mieux en comprenant que le résultat final n’est pas entre nos mains.

  • C’est une question d’abandon de soi : C’est «laisser s’accomplir », sans nous occuper de nos projections, désirs ou préjugés pour accepter ce qui est.

  • C’est ne pas être passif, mais au contraire tirer une leçon des conséquences inhérentes à un événement.
  • C’est le non attachement : C’est savoir abandonner une attente, un désir, une volonté farouche d’obtenir ou de réaliser lorsque les circonstances font que la réalisation de notre désir est manifestement hors du champ de nos possibilités.

  • C’est s’en remettre aux lois supérieures plutôt que vouloir ce que nous voulons et se laisser guider par la connaissance supérieure qui sait ce qui est bon pour nous  (Tao).

  • C’est aller avec le mouvement de la vie. C’est prendre chaque jour comme il vient sans trop essayer d’adapter les choses à ses propres désirs.

« Sachez vouloir ce que veut la vie » Guy Finley

Pourquoi tant de difficultés à lâcher prise :

  • Nous avons peur que si nous ne devenons pas quelqu’un, nous disparaîtrons (nous ne courons pas après quelque chose, après un but ou un rêve, nous fuyons quelque chose, la peur de n’être personne): Nous préférons être malheureux tout en gardant l’impression d’être quelqu’un plutôt que de lâcher prise et secrètement avoir peur de n’être personne.
  • C’est une entreprise strictement personnelle et personne ne peut l’accomplir à votre place. Cela nous demande de travailler sur nos croyances qui entretiennent notre orgueil : « sois fort, sois parfait, acharne toi, dépêche toi, fais plaisir »
  • Les temps critiques pour relâcher sont toujours quand nous en avons le moins envie.
  • Notre orgueil nous empêche d’admettre que le seul libre arbitre que nous ayons est de reconnaître humblement que la vie sait mieux que nous ce dont nous avons besoin:
  • Nous avons tendance à rechercher frénétiquement des solutions à nos problèmes et à mettre en cause des circonstances ou des personnes extérieures à nous même… plutôt que regarder en nous même ce qui a attiré l’expérience et modifier notre niveau de conscience pour dépasser l’expérience.
  • Nous avons tendance à nous focaliser sur ce que nous voulons au lieu de rester ouverts et disponible à tous les possibles proposés par la vie.