La méditation, Cœur de toute voie (3/3)

Classé dans : Textes | 0

bali-soir arbre drapeaux


Les bienfaits de la méditation

 

Détaillons maintenant ce que la méditation apporte à chaque partie de notre être.

Tout d’abord le corps :

– Dans la méditation, le corps est sacré : Par les sensations, il nous ramène au présent, car c’est toujours dans le présent que nous goûtons aux sensations (même inconfortables).

– La respiration est active car elle peut être le support de la conscience et de l’attention. La respiration agît sur le rééquilibrage du système Nerveux Autonomes en favorisant le parasympathique (détente et repos) au détriment du système orthosympathique (tension et action)

– La posture est importante aussi car la méditation n’est pas une relaxation. En portant attention sur la posture, nous y amenons notre vigilance. D’où le dos érigé qui représente notre axe de vie et notre attention à ce qui est ici et maintenant. Et nous relions le Ciel et la Terre par notre colonne vertébrale (la colonne céleste en Médecine Chinoise), érigée entre Ciel et Terre, symbolisant notre relation corps / esprit (l’axe Shaoyin en Médecine Chinoise) ainsi que notre ancrage (notre Terre intérieure ou 1er Chakra) et nos élans les plus inspirants (notre Ciel intérieur ou notre 7ème chakra).

Passons au mental :

– Lorsque l’on commence à méditer, on se détend : Se détendre, c’est ne plus attendre, et ne plus attendre, c’est nous relier à l’infini, la Vie. Vivre pleinement, c’est se détendre dans le présent.

– On repose le mental : Ce n’est pas arrêter d’avoir des pensées mais les laisser venir sans jugement et les laisser passer avec détachement et ne plus s’y identifier. C’est juste les accepter pour ce qu’elles sont sans chercher à les détruire ou les contrôler. D’ailleurs beaucoup se plaignent que leurs pensées se déchaînent lorsqu’ils méditent. C’est bon signe ! Cela prouve qu’en devenant plus calme, on prend finalement conscience de combien nos pensées sont envahissantes et sont bruyantes ! Ne pas se décourager et revenir présent à soi, même au beau milieu de la confusion.


Reposer dans le calme du mental nous offre l’opportunité :

– d’éliminer les conflits des différentes parties de nous même en nous acceptant entièrement grâce à la force d’amour et de douceur que nous déployons sur tout ce qui émerge (y compris de notre ombre) et dont nous prenons conscience avec bienveillance et compassion. Nous acceptions et honorons sincèrement notre « humanité » (notre part d’ombre et notre lumière, le Moi et le Soi).

– de désamorcer notre négativité, notre agressivité, nos émotions pathogènes. Il ne s’agit pas de les refouler ou de nous y complaire mais de les envisager avec la plus vaste générosité (bienveillance). C’est être réceptif et en paix avec toute chose en nous et ce que nous constatons chez autrui.

Et à la conscience :

Nous prenons conscience que tout existe en nous (et en l’autre) sans nous juger : le meilleur et le pire.

Dans un repos conscient, nous sommes présent à nous même, lucide et bienveillant. Puisque nous sommes présent, nous sommes une présence, une conscience avec une nouvelle clarté qui nous amène progressivement à la paix et finalement à l’acceptation et à la joie d’être ce que nous sommes : des êtres humains contenant tous les potentiels en chacun d’entre nous (la souffrance et la joie) faisant des expériences parfois inconfortables, parfois agréables, qui peuvent être transcendées pour être plus vivants puisque chaque expérience nous apprend sur nous même et sur autrui, miroir de nous même. Cette nouvelle conscience nous invite à nous accepter sans nous comparer ni nous juger puisque nous contenons tous les mêmes potentiels qui se révèlent de différentes manières dans chacune de nos existences. Nous vivons tous ses expérience de douleur et de joie.

 

« En thérapie, on voit les problèmes, en méditation, on voit au travers »

La place de la méditation dans notre vie ?

Soyez persuadé que la Voie, c’est l’expérience. L’Homme n’est pas fait, la plupart du temps, pour rester assis en tailleur, l’Homme est amené à bouger, vivre, expérimenter. Alors, introduisez la méditation dans votre quotidien  pour mettre en pratique les bienfaits que vous ressentez quand vous méditez.

« Voyez, reconnaissez, agissez » D. Maurin

La méditation nous ramène à l’être mais c’est l’expérimentation qui fera la différence.

« L’image du feu ressemble au feu mais n’est pas du feu »
B. Hari Dass

Partager l’ouverture du cœur autour de nous pour l’amplifier et semer les graines de la paix autour de nous. En développant la joie d’être par l’ouverture du Cœur, l’essentiel est ensuite de la partager autour de nous pour qu’elle s’amplifie, se multiplie autour de nous et crée ainsi une expansion de conscience au-delà de nous.

« Méditation solitaire  (mieux nous connaître)
Action solidaire (nous ouvrir aux autres) »
A. Delattre

Ce qui peut nous transcender  dans la méditation, c’est une sorte « d’extension » de notre pratique dans les moindres détails de nos vies. Car tout est important (nourriture, hygiène de vie, relations, etc.), donc expérimentons cette nouvelle qualité d’être dans la vie de tous les jours du mieux que nous pouvons.


Alors, pourquoi si peu de gens la pratiquent ?

  •   Difficulté à ne pas être dans l’action
  • Certains se plaignent de ne pas évoluer
  • Fausses attentes vis-à-vis de notre pratique
  • Certains pensent que cela exige une intelligence supérieure : Au contraire, bien des formes d’agilités intellectuelles ne font qu’aveugler davantage. Pourquoi ? parce que nous sommes dans le mental !
  • D’autres pensent échouer parce qu’ils ont des pensées, des émotions en méditant : ils pensent qu’ils ne devraient avoir aucune pensée ni émotion. Or tant que nous aurons un esprit, nous aurons des pensées et des émotions car c’est la vie !

« C’est beaucoup demander que de vouloir du thé sans feuilles ou de la viande sans os ».
Proverbe Tibétain


La science nous le confirme: c’est bon de méditer !

Depuis quelques années, le monde médical et scientifique (neurosciences) s’intéresse à la méditation et lui trouvent beaucoup de vertus, entre autres :

– Par son action sur le stress, elle pourrait jouer un rôle essentiel dans la guérison et la prévention de nombreuses maladies,

– Augmenterait l’harmonisation des hémisphères droit et gauche, stimulerait l’activité de la partie antérieure du cerveau gauche (cortex préfrontal), laquelle est associée à la gestion des émotions positives et de là à une meilleure qualité des défenses immunitaires

– Génèrerait plus d’ondes γ (facteur de cohérence de l’activité cérébrale) permettant à plusieurs aires du cerveau de fonctionner synchronisées et donc d’avoir une vision globale et donc augmente le niveau de conscience des personnes habituées à méditer

– Créerait de nouvelles connexions neuronales et n’influencerait donc pas seulement la pensée mais provoquerait de véritables remaniements dans l’agencement des cellules du cerveau et inévitablement ceux-ci finissent pas rejaillir sur le corps.

D’ailleurs des techniques méditatives sont aujourd’hui enseignées dans de nombreuses facultés de médecine et sont pratiquées comme techniques complémentaires dans certaines cliniques pour traiter la dépression. La méditation est aussi proposée dans certaines écoles, certaines prisons, etc. avec des résultats très encourageants.


« Ne regardez rien, n’écoutez rien et tenez votre esprit au sein de la quiétude et votre corps se rectifiera de lui-même ».
Tchouang Tseu.


Conclusion :

Ce n’est pas un moyen de fuir le monde (et soi même) ; c’est au contraire un moyen simple pour nous aider à nous comprendre véritablement et à nous relier à la vie en étant plus présent, plus ouvert, plus authentique, et finalement plus joyeux car le juge et le saboteur en nous ont moins de prises.

Pour terminer, la méditation nous offre l’opportunité de:

  • Mieux se connaître (lucidité bienveillante) et s’aimer davantage (plus doux et aimant)
  • Prendre conscience de ses capacités intuitives et avoir plus de discernement pour orienter ses choix de vie,
  • S’ouvrir à nous même, aux autres et finalement mieux vivre sa vie en étant plus présent

Merci de partager ce texte si le cœur vous en dit en citant le nom de l’auteure (Agnès Delattre)  ainsi que la référence de mon site aux personnes que vous connaissez.